LE SCAPULAIRE ROUGE

Le scapulaire rouge ou scapulaire de la Passion a pour origine une vision dont fut gratifiée une religieuse, soeur Apolline Andriveau, fille de la Charité de saint Vincent de Paul, le 26 juillet 1846 dans la chapelle de sa communauté à Troyes et qu'elle a ainsi raconté :

J'étais montée à la chapelle avant le Salut [du Saint Sacrement. Je crus voir Notre-Seigneur vêtu d'une longue robe rouge et d'un manteau bleu. C'était la beauté par essence. Il tenait dans la main un scapulaire écarlate, suspendu par deux rubans de laine de la même couleur. Sur un côté, il était représenté crucifié ; les instruments les plus douloureux de la Passion se trouvaient au pied de la croix : le fouet du prétoire, le manteau, la robe qui avait couvert son corps sanglant. Il y avait [écrit] autour du crucifix : Sainte Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, sauvez-nous ! À l'autre extrémité du ruban, la même étoffe était recouverte de l'image sainte de son Cœur sacré et celui de sa sainte Mère ; une croix placée au milieu semblait s'échapper des deux Cœurs ; et il y avait [écrit] autour : Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, protégez-nous !

Le 14 septembre suivant, Jésus lui apparut de nouveau et lui dit :

Les prêtres de la Mission [= les Lazaristes] doivent donner ce scapulaire et ceux qui le porteront bénit par eux recevront tous les vendredis une grande augmentation de foi, d'espérance et de charité.

Dès 1847, le Pape Pie IX autorisa tous les prêtres de la Mission à bénir et à imposer ce nouveau scapulaire, qui fut appelé Scapulaire de la Passion de Jésus-Christ et des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie.

Aujourd'hui, tout prêtre peut bénir et imposer le scapulaire rouge, moyennant une autorisation du Supérieur général des Lazaristes.

 

Afficher l'image d'origine

***

Chers visiteurs, chers amis,

Je souhaite instaurer une "Good Newsletter" mensuelle moyennant un abonnement minimum de 90 centimes d'euro. Celle-ci ne sera mise en place que lorsque 1000 personnes s'y seront inscrites. Le but est bien-sûr de diffuser la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, mais aussi d'envisager dans les années à venir la fondation d'un petit centre d'accueil pour les personnes en mal de guérison et de délivrance. J'y songe depuis longtemps déjà. Le témoignage de l'un d'entre vous vient finalement de me pousser en ce 2 mars 2018 à solliciter votre aide par la prière et par des dons. Voici ce que cette personne m'a écrit : "Quand je pense que nous avions invité dans notre groupe de prière en 2004 le prêtre exorciste du diocèse... et qu'il nous avait dit qu'il renvoyait systématiquement les gens vers des psychanalistes ! Il est vrai que ce pauvre prêtre avait bien l'air d'être très troublé lui-même et aurait eu besoin d'un psy ! Cela a été un scandale pour nous (groupe de prière) et avons cherché à parler à l'évêque de [...] Il n'y a pas eu de suite à notre démarche." Ce témoignage n'est hélas pas le seul. J'en ai reçu d'autres du même genre émanant de divers diocèses de France...

Comptant sur votre prière et votre soutien financier, je vous bénis de tout coeur en demandant au Seigneur de vous combler de grâces matérielles, corporelles et spirituelles.

Entrez votre e-mail ci-dessous pour vous inscrire à la Good Newsletter